Biographie

portrait-1.JPG

Biographie Jean-Marc Salerno

Né en Tunisie, j’ai passé une grande partie de mon enfance dans le sud de la France.

A l’adolescence, J’avais démarré la photographie argentique en couvrant divers sujets comme la nature, les manifestations culturelles et sociales. Chez mes parents, j’avais mobilisé une de leur salle de bain pour en faire un labo de développement photo noir et blanc.
De part ma formation d’origine,  j’ai travaillé dans le domaine des études techniques électroniques.  Et via une reconversion professionnelle,  j’ai exercé mon métier d’informaticien jusqu’à la fin de ma carrière.

Durant cette période professionnelle mon activité photographique était restée limitée.

Depuis le début de ma retraite, j’ai relancé cette passion de la photographie en faisant des reportages lors des séjours que j’ai pu faire comme au Japon et à Cuba, et aussi en couvrant des manifestations culturelles et sociales et durant mes déplacements en France.  Pratiquement à chaque sujet,  j’ai rassemblé ces images dans des livres photos.

Habitant à Lagny-sur-marne depuis de nombreuses années, au fur et à mesure des saisons, j’avais mis en boite les différents aspects de la Marne et son évolution. Le recueil de ces photos accompagnées d’haikus (poésie au format japonais) a été exposé au centre culturel de Thorigny-sur-Marne en début de l’année 2020. Cela a été ma première exposition.
 


 

 

Puis suite à la pandémie de Covid-19, des périodes de confinements nationaux nous ont été imposées : ce qui a limité drastiquement nos activités en extérieures.  Ces moments particuliers très contraignants nous ont obligé à nous réinventer.  Avec le lot de photos que j’avais acquis durant les années précédentes, je m’étais dit qu’il aurait été intéressant de les recycler (tout ou une partie), en faisant des photomontages.  Il faut dire que depuis ma jeunesse, je me suis toujours intéressé à la vague surréaliste.    
 
Ce nouveau domaine de photomontages me permet d’ouvrir d’autres champs du possible, de découvrir d’autres horizons : celui de l’abstrait et de l’imaginaire.
 
Au printemps 2021, j’ai affiché mes créations dans mon propre jardin. Le but était de “tester” l’intérêt de ces photomontages surréalistes auprès de mes amis et proches. Puis à l’automne 2021, on m’a proposé de les exposer dans un centre culturel privé (le We Welcome) de ma ville.

De manière générale, je ne cherche pas à me cantonner à un style et sujet particulier, ni d’acquérir une expertise technique.  J’évolue plutôt au gré du temps en fonction de ce qui m’entoure et me touche.